• Recherchez un boitier :
  • Chercher
  • FLEET MANAGEMENT
    L’incontournable question du carburant


    Une voiture de société, c’est un moteur plus ou moins puissant, des pneus et un style de conduite qui conditionnent directement la consommation de carburant. Autant dire qu’avec un litre de diesel qui flirte désormais avec les 1,551 euro et un litre d’Euro 95 qui atteint des sommets plus impressionnants encore à 1,742 euro, ne pas s’occuper de la consommation revient à se tirer une balle dans le pied.

    Johan Debière


    Depuis la crise financière de 2008, et malgré des hauts et des bas enregistrés dans le cours du baril de pétrole brut, les prix de l’essence et du diesel semblent s’être définitivement accrochés à des niveaux douloureusement élevés pour le particulier, mais aussi pour les entreprises. Un niveau de prix d’autant plus douloureux pour les fleet managers que la déductibilité des frais de carburant est comme chacun le sait rejetée à hauteur de 75% depuis le 1 janvier 2010.
    Que faire face à cette flambée des prix? Subir en silence? Diminuer le kilométrage parcouru? Ces attitudes ne seraient assurément pas productives. En revanche, des acteurs du marché ont réussi à rebondir en faisant de cette énième contrainte une belle opportunité. C’est précisément le cas chez la société Speed-up. Installée à Spa en province de Liège, cette PME spécialisée commercialise le P-Tronic, un boîtier permettant un contrôle électronique plus affiné des systèmes d’injection sur les moteurs de voitures.

    « En plaçant ce boîtier additionnel dans des voitures équipées de moteurs turbodiesel ou sur les nouveaux moteurs essence turbo, nous permettons de réduire la consommation de carburant de 10 à 15 % selon le véhicule dans lequel il est installé », explique Philippe Heeren, gérant de la société Speed-up.

     

    Un boîtier 100% assemblé en Belgique


    Dans l’immense majorité des cas, le placement s’effectue sans qu’il soit nécessaire d’avoir de connaissances spécifiques en mécanique.

    « Vous mettrez autant de temps à soulever le capot qu’à clipser le boîtier sur votre moteur », souligne Philippe Heeren.

    En quelque sorte, on peut ainsi appliquer une vaste opération d’économie de carburant sans qu’il soit réellement nécessaire d’amener les conducteurs à changer leur comportement.

    « Le processus de fabrication repose sur, d’une part, l’acquisition de composants de première qualité (platines électroniques digitales et numériques, connecteurs, câblages, carcasses de boîtiers...) chez divers fournisseurs belges et, d’autre part, leur assemblage et leur programmation sur mesure pour chaque type d’injection dans l’unité de production de Speed-up. »Tout est fait en Belgique avec des composants de qualité », poursuit le gérant de Speed-up. Un effet négatif est-il observé sur le moteur? « C’est le contraire. L’équipement optimise le fonctionnement du moteur en laissant sa puissance s’exprimer sans aucun bridage. Il est donc moins nécessaire d’accélérer pour atteindre la vitesse souhaitée », souligne encore Philippe Heeren.

    Eco-conduire, ça s’apprend


    Ceci étant, le placement de ce genre de boîtier ne dispense pas la société d’organiser des stages d’éco-conduite. Des stages que l’on peut faire organiser en sollicitant des organismes comme le Bureau Veritas Formation. On y trouve une gamme de formations de sensibilisation et d’acquisition des réflexes et des techniques indispensables à la mise en place d’un éco-comportement dans l’entreprise et sur la route. Avec des séances de formation à l’éco-conduite sur simulateur, des séances de formation théorique à l’éco-conduite ou encore avec des actions de sensibilisation avec simulateur d’éco-conduite. Une offre que l’on retrouve par ailleurs chez d’autres grands acteurs de la mobilité comme le Royal Automobile Club de Belgique. Ou chez des acteurs plus discrets, mais tout aussi efficaces comme Eco-Mobile. Situé à Gistoux, en province de Brabant wallon, ce membre du réseau Information et Documentation en éducation à l’environnement (réseau Idée) propose de réduire le taux de sinistre des conducteurs, d’augmenter leur bien-être avec un investissement de départ de moins de 100 euros par personne. A la clef, promet l’asbl: la possibilité de récupérer jusqu’à 5.000 euros et quatre tonnes de CO2 par véhicule.

    « Même si de nombreux conducteurs connaissent les règles actuelles pour obtenir une consommation minimale, ils les associent malheureusement trop souvent à une conduite (...) inadaptée aux nécessités pratiques et/ou économiques liées à leur fonction », souligne l’asbl.

    Lorsqu’ils sont invités à lever le pied pour faire des économies de carburant, on entend ainsi souvent les collaborateurs d’une entreprise prétexter qu’ils n’ont pas le temps ou qu’ils doivent rester rentables.

    « D’autres encore peuvent appliquer consciencieusement des techniques totalement obsolètes qui vont même à l’encontre des résultats escomptés... », poursuivent les résponsables d’Eco-Mobile.

    Et dans ce registre, les fleet managers ne sont pas toujours mieux lotiss. D’où l’intérêt de pouvoir leur dispenser une formation indépendante et de qualité qui va permettre d’aborder les différents types de conduite, voire même de faire intervenir l’asbl plus en aval, au niveau de la sélection des véhicules. Signalons encore que la formation type dispensée par Eco-Mobile dure 4h30 et se déroule soit au siège de l’entreprise, soit en extérieur moyennant supplément, avec des groupes de six personnes.

     

    La question cruciale des pneumatiques


    Outre le type de carburant et le fonctionnement optimal du moteur, un autre élément est de nature à faire diminuer la consommation de carburant sur les véhicules de société: il s’agit des pneumatiques. Dans ce registre, de nombreux fabricants ont mis au point leur solution avec plus ou moins de bonheur. On connait le pneu Energy Saver de Michelin qui, comme l’a encore rappelé la firme au Bibendum à l’occasion du Mondial de l’Automobile de Paris, obtient une haute adhérence en toutes circonstances et garantit une grande durée de vie tout en offrant le plus de kilomètres parcourus au litre consommé. Le pneu français n’est d’ailleurs pas le seul à afficher des performances aussi larges avec un pneu offrant un comportement équilibré avec une telle capacité d’économie d’énergie. Dans ce registre, il faut aussi compter avec des marques comme Michelin Energy Saver ou Continental dont le modèle EcoContact est également très apprécié des gestionnaires de flotte. Autant de références qui se classent dans les meilleures positions dans des bancs tests aussi sérieux que ceux qui sont organisés depuis des années par le Touring Club Suisse (TCS). On y découvre sans grande surprise que ce sont les pneumatiques de marques avec des profils spécialisés (pneus été ou pneus hiver) qui remportent les meilleurs suffrages, tant en terme de distance de freinage que de longévité ou d’économie d’énergie. Vous avez le projet d’incorporer quelques voitures électriques dans votre flotte? Ici encore, les fournisseurs se décarcassent pour vous proposer des pneus adaptés qui permettront de parcourir plus de kilomètres au Kw consommé, sans remettre en question les autres qualités des pneumatiques.

    ... et le choix du bon carburant


    En Belgique, on peut s’approvisionner en carburant auprès d’un nombre relativement élevé de fournisseurs. Certains d’entre eux proposent des carburants de meilleure qualité qui préserveraient les moteurs et permettraient un meilleur rendement du moteur. C’est le cas de Shell qui propose le Shell V-Power et le Shell V-Power Diesel et de Total dont la gamme Excellium met à la disposition du conducteur les carburants essence Euro 98 et Euro 95, ainsi que le diesel. Dans un cas comme dans l’autre, c’est par le jeu des additifs que les fournisseurs de carburant parviennent à mieux protéger les pièces métalliques de la corrosion liée à la présence d’eau, à éviter le vieillissement accéléré du carburant et à contribuer ainsi à une efficacité accrue du moteur. Avec à la clef, à nouveau, une économie de carburant de quelques pour cent.

    © P-Tronic France - 21-23, rue Henri Becquerel - EAE la Tuilerie - 77500 CHELLES - Tél.: 01.79.97.40.08